Archives pour l'étiquette arts

JLG France_inter 21 mai

27’ Le bon cinéma a toujours annoncé en avance les catastrophes.. sans succès. 30’ je suis pour les frontières mais contre les douaniers.. les frontières sont faites pour passer. Entre une haie et une route on passe. 32’ ils ont fait une monnaie commune avant de faire une culture commune.. 34’ il vaut mieux que ça aille mal à un moment le mal vs dit quelquechose 35’ je me sens européen depuis Vercingétorix ou Charlemagne 41’ ce ne st pas des citations ce sont des preuves dit Sollers 45’ à propos du titre « film socialisme » : en banque on dit qu’il y a des obligations bancaires des titres ou même des produits qui ne valent rien et on les titrise ils obtiennent de la valeur même si ça ne vaut rien à cause du titre…Dans la métaphore de banque il y a le mot dette ce que j’aime pas c’est avoir des dettes et faire un film c’est payer ma dette aussi d’une certaine façon qui doit être inconsciente ou symbolique ou tout ça, donc le titre dit j’ai un titre obligataire le voilà film socialisme, ou bien adieu langage, et bien je dois payer ma dette (-ah qui ?) à ceux qui verront que je l’ai payée, s’ils le voient parce que souvent on me dit que je ne l’ai pas payée.. 52’ je suis né en même temps que le parlant et du reste j’ai peu parlé j’ai parlé très tard, vers 15-16 ans j’ai quasiment cessé de parler comme un autiste (pendant un an ou 2) ma mère s’est inquiétée j’ai dit dit non c’est de la philosophie.. 59’ le chien : comme il y a le chien on parle du chien et il n’y pas de dispute, si on veut du lien social il faut du chien 64’ il ne faut pas restaurer la Sixteen elle est comme ça si elle s’effondre elle s’effondre…il serait mieux de faire des films plutôt que de sauver de maquiller le visage.. produire, pas besoin d’engranger du capital du capital culturel.. de la valeur ajoutée séparée du capital 66’ les cahiers : on ne savait pas qu’il y avait des grands maîtres un jour on l’a découvert 68’ on ne fait pas table rase elle se fait elle-même, ne pas transformer les pyramides en tour Montparnasse… (ne pas) sauver à chaque saison les feuilles qui deviennent automnales.. 77’ on était plutôt des moines (les cahiers) 80’ la mort non je pense à la souffrance …j’ai souvent pensé à la fin de Paul Lafargue à l’âge de 69 décidé d’arrêter de partir…

 

faire un film c’est payer ma dette j’ai un titre obligataire  le voilà

© evah5

La vérité et ses aventures. Fondation Maeght


Saint Paul de Vence octobre 2013
Saint-Paul de Vence octobre 2013

De retour de Saint-Paul de Vence, en visite à la Fondation Maeght : « Les aventures de la vérité. Peinture et philosophie : un récit. Commissariat Bernard-Henri Lévy. 29 juin-11 novembre 2013

Voilà. On retrouve Saint-Paul, sa douceur un peu brumeuse parfois, ses remparts, ses odeurs sucrées et épicées, ses chants d’oiseaux, ses petites rues fraîches et ténébreuses, et son m’as-tu-vu un peu trop envahissant parfois hélas. On retrouve la Fondation Maeght et cette occasion de se réjouir et de se régaler de cette collection « privée » dont il n’est pas le propriétaire, mais qu’il aime à nous faire partager, je le crois. La bocca della verita, la vérité, « moi, la vérité je parle »; (Lacan) mais surtout « la vérité ne peut que se mi-dire », « elle n’est jamais toute ». Des petits bouts de vérité aussi bien que des petits bouts de réel;  c’est ce qu’on a pu apprécier récemment.  BHL ainsi nous expose ses passions, ses questions et ses interprétations, à faire converser la philosophie et l’art, les philosophes et les artistes. Belle question. On est bien sûr sous sa coupe; même si on ne sait pas trop comment le choix est fait par rapport aux œuvres et aux salles, qui aurait pu être autre pour chacun sans doute. Il y a beaucoup d’oeuvres, cela demande de s’adapter à chaque pas, à chaque oeuvre, à chaque artiste. Exercice difficile. Le cheminement logique des salles lui est sans doute connu voire familier mais pour nous… Ombres-caverne, puis Véronique-voiles, puis art-passion, puis art-langage, puis art- philo, puis l’inverse, puis miroir, don contre don, enfin « la grande alliance ».
On n’a pas rendez-vous avec un artiste mais avec lui, BHL, sa froideur passionnée. Une belle aventure en tous les cas, cette passion froide.

Saint-Paul de Vence Nuit octobre 2013
Saint-Paul de Vence Nuit octobre 2013

On peut aisément aussi suivre son propre sillon. On verra ci-dessous quelques clichés pris par mes soins. Continuer la lecture de La vérité et ses aventures. Fondation Maeght

Adieu Patrice Chéreau.

Immense. Lumineux. Simple et curieux. Ouvert. Interrogeant. Inquiet. Créant.

Eveillé.

La France (si étroite d’esprit en ces temps troubles) perd un Poète. L’humanité toute entière.

Un pour qui l’enthousiasme et la katarsis grecs sont de la langue. Pour qui les corps de désir ne sont pas pornographie mais danse parfois mortelle. Pour qui donner perdre aimer détruire étreindre est la ronde folle du verbe et du corps.

Merci pour tout.

Ma douleur est grande.

Reposez en paix.

 Patrice Chereau
Patrice Chereau