Archives pour l'étiquette femme

2012/ Pas sans 2007


On ne peut écrire l’histoire politique récente de la gauche et du pays tout entier en ne mettant le projecteur que sur le succès de 1981 et l’échec de 2002, ainsi que l’a présenté F. Hollande au Bourget le 22 janvier 2012. Il y manque un terme. Je respecte bien sûr sa subjectivité, et son temps subjectif de l’Histoire, cela qui pour lui a fait signe et qui lui appartient de façon privée. Ce qui ne lui appartient pas, cependant, de façon publique, c’est d’ignorer ainsi la séquence 2007, et la candidate de l’époque, première femme de la 5ème République portant les valeurs du peuple de gauche, et atteignant le deuxième tour avec un score plus qu’honorable, d’autant qu’il venait à la suite de la défaite de 2002. Première femme à porter haut et clair pour beaucoup de Français une façon neuve de faire de la politique, pleine d’espoir. De cela il aurait été digne et élégant que quelque chose soit nommé  au Bourget, publiquement; qu’elle-même ait été nommée, que l’on ait pu reconnaître la dette collective à son égard. Que l’on évoque peut-être Charléty. Continuer la lecture de 2012/ Pas sans 2007

Leçon de politique / Royal : Florilèges


Ségolène Royal. Une semaine médiatique. Claire, nette, efficace. Constante dans sa détermination et sa vision.


Ségolène Royal invitée de « Bourdin 2012 » par segolene-royal


Ségolène Royal, présidente de la région… par rtl-fr
Ségolène Royal invitée de Elysée 2012 sur I>Télé par segolene-royal

Leçon de politique / Royal : une parole (é)clair(e)


*L’ère de la peur et du chantage, l’argent, l’argent, les marchés. Le G 20, le spectacle des « couples », faux maîtres du Monde, Merkel-Sarkozy, et maintenant Obama-Sarkozy, les fausses promesses (paradis fiscaux, taxations financières). Partout, un diktat,  l’austérité, c’est ça ou rien, pas d’autre voie, l’injonction, sinon l’impasse, si l’on ose exercer un peu de démocratie (bien sûr un référendum n’est pas forcément le nec plus ultra de la voie démocratique, tant nous sommes sous la coupe de la peur et de la menace et du rejet de l’autre); ah! ces pauvres Grecs responsables de tout, juste bons à leur vendre des armes ou à aller bronzer dans leurs îles magiques! Certes, ils exonèrent les armateurs et l’Eglise, mais regardons donc devant notre porte : le ménage n’y est pas vraiment bien fait non plus, cadeaux aux plus fortunés, taxations des plus pauvres, affaires en tous genres; ne parlons pas de Merkel et de son deal avec les banques  suisses qui lui reversent une taxe sur ses créanciers allemands, sans que l’on touche au secret bancaire. Bravo!
Depuis quand Merkel et Sarkozy représentent-ils l’Europe des peuples ou des Etats, quelle légitimité ont-ils à imposer aux autres leur façon de voir, quel mandat, où sont les parlements, la Commission, etc..?

* Face à ce vacarme hostile, quant à moi, j’attends, j’attends, j’espère et j’attends. J’attends et je n’entends pas grand-chose. Continuer la lecture de Leçon de politique / Royal : une parole (é)clair(e)

Une pionnière indéfectible


Il a fallu accuser le coup, prendre le « grincement du réel » dans toute sa violence. Saluer Madame Royal est la moindre des choses, lui témoigner  fidélité aussi, émue et douloureuse que l’on était de la voir ainsi en larmes; larmes  amères sans doute, larmes bienfaisantes peut-être aussi après tant de combats, et d’espoir donné sans compter.

Madame Royal est une pionnière. Première  femme et première candidate de gauche à être au second tour  d’une élection présidentielle dans la République Française, première à plaider pour l’écologie intelligente depuis plusieurs dizaines d’années, la seule à s’inquiéter ainsi authentiquement de ce qui se passe dans les quartiers et les campagnes et les entreprises…

Elle a payé là pour un rapport à la fois sécuritaire et consumériste à la politique. Même si ces primaires, qu’elles avaient souhaitées, sont évidemment un succès (encore que l’on puisse discuter sur l’aspect médiatique et peu présidentiel des débats, ressemblant souvent à des discussions de ministre des finances, et sur la mainmise du monde médiatique sur la politique encore une fois, et aussi s’interroger sur l’appartenance socio-professionnelle des votants, à voir, j’ai quand même ma petite idée). *Sécuritaire, parce qu’il fallait un vote utile, d’appareil, sans doute plus rassurant, et qui promet, pour beaucoup, des postes. Donc deux premiers secrétaires du PS, pour des primaires citoyennes, c’est rien moins qu’audacieux! Tout de même si l’on regarde de près les alliances, c’est panier de crabe. *Consumériste parce que le nouveau, jeune, beau, et talentueux Arnaud, dont je ne critique pas les idées, est tombé pile-poil comme il fallait pour le pouvoir médiatique qui n’eut de cesse d’en faire son poulain, tout nouveau tout beau. Aurélie Filipetti ne disait  pas autre chose ce matin à France-Inter: après avoir épanché son « émotion » à propos de Royal,( oui je l’ai vue pleurer la « nuit de Reims », à ses côtés; j’ai vu aussi cette nuit-là M. Valls rouge de colère dire qu' »on ne se laisserait pas voler notre victoire »…), donc, elle dit:  « les gens veulent du changement », commentant la percée de Montebourg. Et bien comme changement elle a vraiment trouvé à qui se rallier, elle!

Ségolène Royal aurait donc payer pour le besoin de changement des électeurs. Noble motif! Il est vrai que tout a été fait, je le dis et le répète, pour la mettre hors-jeu, depuis longtemps. Continuer la lecture de Une pionnière indéfectible

Sex Crimes Unit


A voir  absolument le documentaire  sur l’Unité des Crimes Sexuels (France 3 21 septembre 2011). A voir et écouter attentivement, à la fin du documentaire, Lisa Friel, qui a exercé 28 ans au bureau du procureur, et qui a dirigé cette unité pendant 10 ans (et travaillé là pendant 25 ans). Comment on voit qu’une prostituée peut avoir gain de cause dans une affaire de viol.

Comment on apprend les raisons d’une présentation si rapide de N. Diallo devant le grand jury (notorioté du suspect, nationalité française etc..). Comment on peut remettre les pendules à l’heure par rapport aux versions strauss-kahniennes. Comment confirmation est donnée des différentes versions de N. Diallo (big lies) mais jamais concernant l’acte lui-même. Continuer la lecture de Sex Crimes Unit

Elle a quelque chose…


« Elle a quelque chose  que les autres n’ont pas » dit Guy Eyermann:

16 septembre 2011, Joué les Tours, lors d’un débat sur la pénibilité au travail, Guy Eyermann, syndicaliste et membre du Conseil Régional de Poitou Charentes, explique comment il en est venu à soutenir Ségolène Royal et pourquoi elle fait la différence avec les autres candidats dans le cadre des primaires.


Espoir royal, « y’a pas photo » par robinwood-lelouch

Le corps meurtri d’une femme..

Quand une femme est victime de viol ou d’agression sexuelle elle peut réagir de bien des façons différentes. Je voudrais apporter ici quelques éclairages à propos de ce dont  j’ai pu quelques fois être le témoin dans mon cabinet, tant les commentaires ici et là, notamment en ce qui concerne Nafissatou Diallo et Tristane Banon, (et à cette occasion sans préjuger de la véracité de leur agression et sans gommer leurs différences), me semblent souvent inconvenants et ignorants. Les femmes dont j’ai témoignage sont souvent jeunes, soumises à la jouissance répétée d’un proche, père, frère, beau-père, père adoptif, mais aussi parfois, comme dit le droit, personne ayant autorité. D’autres ont eu à vivre ce traumatisme au cours de leur vie, dans une mauvaise rencontre. Bien sûr ce n’est pas tout à fait la même problématique, mais nous abordons ici la question de l’éprouvé et du dommage subi. Comment face au réel traumatique, se tenir debout. Continuer la lecture de Le corps meurtri d’une femme..