Archives pour l'étiquette justice

Une pionnière indéfectible


Il a fallu accuser le coup, prendre le « grincement du réel » dans toute sa violence. Saluer Madame Royal est la moindre des choses, lui témoigner  fidélité aussi, émue et douloureuse que l’on était de la voir ainsi en larmes; larmes  amères sans doute, larmes bienfaisantes peut-être aussi après tant de combats, et d’espoir donné sans compter.

Madame Royal est une pionnière. Première  femme et première candidate de gauche à être au second tour  d’une élection présidentielle dans la République Française, première à plaider pour l’écologie intelligente depuis plusieurs dizaines d’années, la seule à s’inquiéter ainsi authentiquement de ce qui se passe dans les quartiers et les campagnes et les entreprises…

Elle a payé là pour un rapport à la fois sécuritaire et consumériste à la politique. Même si ces primaires, qu’elles avaient souhaitées, sont évidemment un succès (encore que l’on puisse discuter sur l’aspect médiatique et peu présidentiel des débats, ressemblant souvent à des discussions de ministre des finances, et sur la mainmise du monde médiatique sur la politique encore une fois, et aussi s’interroger sur l’appartenance socio-professionnelle des votants, à voir, j’ai quand même ma petite idée). *Sécuritaire, parce qu’il fallait un vote utile, d’appareil, sans doute plus rassurant, et qui promet, pour beaucoup, des postes. Donc deux premiers secrétaires du PS, pour des primaires citoyennes, c’est rien moins qu’audacieux! Tout de même si l’on regarde de près les alliances, c’est panier de crabe. *Consumériste parce que le nouveau, jeune, beau, et talentueux Arnaud, dont je ne critique pas les idées, est tombé pile-poil comme il fallait pour le pouvoir médiatique qui n’eut de cesse d’en faire son poulain, tout nouveau tout beau. Aurélie Filipetti ne disait  pas autre chose ce matin à France-Inter: après avoir épanché son « émotion » à propos de Royal,( oui je l’ai vue pleurer la « nuit de Reims », à ses côtés; j’ai vu aussi cette nuit-là M. Valls rouge de colère dire qu' »on ne se laisserait pas voler notre victoire »…), donc, elle dit:  « les gens veulent du changement », commentant la percée de Montebourg. Et bien comme changement elle a vraiment trouvé à qui se rallier, elle!

Ségolène Royal aurait donc payer pour le besoin de changement des électeurs. Noble motif! Il est vrai que tout a été fait, je le dis et le répète, pour la mettre hors-jeu, depuis longtemps. Continuer la lecture de Une pionnière indéfectible

Désir versus déni/ Royal notre solution


Tout le monde s’en mêle, et s’emmêle dans ses mensonges, ses falsifications, ses emprunts, sa « course à l’échalote ». Candidats, journalistes, embrassons-nous Folleville! Pourvu qu’il y en ait une qui  soit foreclose, occultée, dépossédée. Je sais, ces mots sont forts, excessifs dirons-certains, mais tout de même, hélas, c’est vraiment trop! Royal n’est pas nommée, elle est dépossédée, dépouillée, critiquée sans cesse; si elle l’ouvre alors elle critique, « égratigne » (Le Parisien); vite on va trouver la faille. Ses concurrents? RAS! Une construction de récit connivente, une alliance discursive, story-telling à l’oeuvre, propagande, ce que l’on met en avant, et ce que l’on tait, ce que l’on déforme, ce que l’on « omet », tout ce qui fait discours conscient ou inconscient, voilà ce qui est à l’oeuvre jour après jour.

* Pour Caroline Fourest (FRInter débat dimanche 2 octobre) elle n’existe pas, elle est  la seule à ne pas être nommée;  les propositions sur les banques, auxquelles cette dame  semble adhérer, c’est Montebourg et puis c’est tout! Royal en point aveugle! 

*Mediapart,  30 septembre, 9 présidents de Région (excusez du peu!), en soutien à Martine Aubry déclarent : « Nouvel outil financier proposé par Martine Aubry, la future Banque publique d’investissements offrira un soutien immédiat aux PME-PMI, grandes oubliées de la politique de l’UMP. Adossé à des fonds régionaux d’investissements pour les PME, cet établissement financera les entreprises fragilisées par la raréfaction des crédits. Conditionnées à des impératifs de protection de l’environnement et de développement de l’emploi.. », (et plus loin on parle de la … »croissance verte » parce qu’on en connaît un bout là-dessus au PS!). Quand je lis ça, ces méthodes d’appropriation des idées, ces « mensonges » permanents! Reprendre à son compte le donnant-donnant déjà logifié par Royal en 2007, la BPI et tout le reste! J’en suis avertie bien sûr, je sais la loi terrible de la politique, et ses pratiques, parfois en cousinage avec ce qu’il faut bien appeler de la « voyouterie mentale », (je n’aime pas du tout ce mot qui fait tant saliver N. Sarkozy), sauf que j’aime aussi beaucoup la politique dans sa noblesse, son anticipation, son sérieux, et… eh oui! sa poésie! Celle-là  que nous annonce  Madame Royal précisément. La Vertu  en somme.

*Bertrand Delanoe, chez Apathie a trouvé comment nommer Martine Aubry: « la présidente des solutions », eh oui! (voir post précédent), c’est Apathie, bien peu taxable de ségolénisme, qui doit le reprendre (et même le signaler à coucourama!). Il faudrait en rire: est-ce naïveté, est-ce de bonne foi, si c’est mensonge conscient c’est insoutenable, si c’est inconscient je me demande si ça ne l’est  pas encore plus, car cela dit une force de déni assez impressionnante! Une censure à tout épreuve, plutôt du côté de l’effacement, et de la main-mise pour le coup sur les signifiants de l’autre. Cela aussi que reproduisent sans cesse les journalistes.

Merci à ceux qui ces temps-ci font très correctement leur travail, merci Jean Daniel par exemple, pour votre respect;  merci JC Guillebaud de bien vouloir dire que le  PS reprend 18 propositions de Ségolène Royal.

Pour Rafraîchir la mémoire: Pacte présidentiel 2007 

3. Soutenir les PME avec la création de fonds publics régionaux de participation et en leur réservant une part dans les marchés publics. (tiens! tiens!)

14. Conditionner les aides publiques aux entreprises à l’engagement de ne pas licencier quand l’entreprise dégage des profits substantiels et obtenir le remboursement en cas de délocalisation.

15. Moduler les aides aux entreprises et les exonérations de cotisations sociales, en fonction de la nature des contrats de travail, et supprimer le CNE pour faire du CDI la règle.

69. Instaurer le non-cumul des mandats pour les parlementaires.(tiens tiens!)

On pourrait illustrer ce pillage encore et encore, le beau programme de Montebourg, l’état stratège, le non-cumul des mandats, la « croissance verte », etc..coucourama encore. Si la raison en était  qu’elle inspire la pensée commune, c’est bien légitime qu’elle mette au pot du débat public, mais là elle est  toujours « incorporée » sans qu’elle soit nommée. Pourtant son corpus politique est riche, fourni et bien plus progressiste que celui de ses camarades. Ce que la gauche lui devra et lui doit déjà est sans doute incommensurable.(De quoi Ségolène Royal est-elle le nom? p. 261. et tout l’ouvrage, excellent travail).

Ce dimanche, Canal+ Segolène Royal, une fois encore: « Changer les règles du jeu pour que les valeurs humaines/gagnent / sur les valeurs financières », remettre à plat le système fiscal pour qu’il soit plus juste, réforme bancaire, contrôle des banques. Loin « d’aménager le système » il faut « changer les règles du jeu », cela est dit depuis longtemps, et expérimenté. Alors, Point aveugle? 

Je laisse, pour ce soir, la parole à Annie Cohen, écrivaine, après l’amie Ariane (Mnouchkine) :

« En février 2007 déjà, j’avais publié une tribune dans le journal Le Monde, « Pourquoi je vote Ségolène Royal« . Je reste en tous points fidèle à cet engagement, j’entends les quolibets, les méchancetés, les moqueries, pauvrette qui n’a pas renoncé !« Femme imprévisible »« un brin fofolle ». Eh bien non ! Malgré tout cela, elle n’a pas renoncé, elle est encore là telle une lame d’acier, avec une pêche d’enfer, une foi intérieure, solide, vraie ! Pas de reniement chez elle, elle trace, elle ne s’est pas retirée, elle fait émerger ses lignes de forces. Elle a le sens du temps. Elle continue à mettre son talent dans le grand combat politique, social, économique, financier. »… »Cela est dit clairement, on lui reproche de « surjouer » sa féminité, les valeurs féminines, ou de se « poser en mère de la nation ». Voilà ce que disent les femmes qui, hier, la soutenaient. Quant à moi, j’affirme ma fidélité à Ségolène Royal. La sûreté de son projet lié à sa rigueur morale, son exemplaire courage, son énergie à rassembler, me commandent de la soutenir. »  LEMONDE.FR | 29.09.11

Que beaucoup d’autres viennent, libres de leur choix, et de leur décision, parce que voter pour elle c’est déjà voter pour la liberté, la désaliénation des marchés sondagiers, des appareils « verrouillés », la promesse d’une vraie « métamorphose » (Edgar Morin), le respect de tous ceux-là qui vivent dans ces quartiers et dans ces campagnes, et qui feront avec elle « partie de la solution ». Mais peut-être la France peureuse et conservatrice, de gauche et/ou de droite sera-t-elle gagnante encore cette fois-ci.  Je n’ose l’imaginer, tant nous ne serions alors dans aucun pas de progrès. Dans aucune Vertu.

So you can’t!


So you can’t Mister President! Tant d’espoir reposait sur vous après votre enthousiasmante élection. Après votre discours ce jour à l’ONU, vous avez raté l’occasion unique d’être réellement un Grand Homme au nom de l’Histoire de notre Monde. UN qui ne craint pas de forcer le destin!

Le courage nécessaire, vous ne l’avez pas eu, vous avez choisi la Real Politik, la poursuite de la politique américaine qui doit endosser une lourde responsabilité dans la situation dégradée de la Palestine, et bien sûr d’Israël. Comment pourraient-ils se penser gagnants là-dedans?

En mai 2011,  vous vous êtes  prononcé pour la première fois en faveur d’un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967, pourquoi ce revirement? A cause des élections à venir? Que vaut cela face à une dégradation permanente de la situation des palestiniens, et la domination « trompeuse » d’Israël, et son glorieux gouvernement droite/ extrème droite? Continuer la lecture de So you can’t!

Sex Crimes Unit


A voir  absolument le documentaire  sur l’Unité des Crimes Sexuels (France 3 21 septembre 2011). A voir et écouter attentivement, à la fin du documentaire, Lisa Friel, qui a exercé 28 ans au bureau du procureur, et qui a dirigé cette unité pendant 10 ans (et travaillé là pendant 25 ans). Comment on voit qu’une prostituée peut avoir gain de cause dans une affaire de viol.

Comment on apprend les raisons d’une présentation si rapide de N. Diallo devant le grand jury (notorioté du suspect, nationalité française etc..). Comment on peut remettre les pendules à l’heure par rapport aux versions strauss-kahniennes. Comment confirmation est donnée des différentes versions de N. Diallo (big lies) mais jamais concernant l’acte lui-même. Continuer la lecture de Sex Crimes Unit

Pour Rafah Nached

« Rafah Nached, a été arrêtée le samedi 10 Septembre à 1 heure 30 du matin (heure de Damas) à l’aéroport de Damas. Elle devait embarquer sur le vol d’Air France en direction de Paris afin d’être présente à l’accouchement de sa fille. Une fois passée la sécurité Rafah a été arrêtée par les services de renseignements. Elle a tout juste pu appeler ses proches pour prévenir de son arrestation, depuis aucune nouvelle n a été donnée d’elle. Malgré les demandes incessantes, les services de l’aéroport refusent de communiquer la moindre information. Elle souffre de problèmes cardiaques et doit prendre ses médicaments régulièrement.

Rafah Nached, âgée de 66 ans, a fait son cursus de psychologie clinique à l’UFR de Sciences Humaines cliniques, elle est diplômée en Psychologie clinique de l’Université Paris Diderot.

Première femme psychanalyste à exercer en Syrie, Rafah a publié une étude historique de la psychanalyse en Syrie dans le numéro de la revue Topique consacré à la psychanalyse au Maghreb et au Machrek. Elle a récemment fondé l’Ecole de Psychanalyse à Damas en collaboration avec des psychanalystes français.

Le choc est d’autant plus violent que nul ne comprend les raisons de cette interpellation. Son engagement professionnel a toujours été de nature scientifique et humanitaire. Elle avait pris l’initiative avec la communauté jésuite de Damas d’organiser des réunions entre citoyens syriens de toutes obédiences afin de leur offrir un espace ouvert et multiconfessionnel au sein duquel verbaliser leurs angoisses et leurs peurs dans le climat de violence qui ravage actuellement le pays.

Rafah compte de nombreux amis dans la communauté psychanalytique en France avec lesquels elle entretient des liens de travail importants et réguliers.

Nous demandons que tout soit fait en vue de sa libération immédiate. » communiqué de l’AIHP

Pour signer les pétitions  et  contact: rafah.navarin@gmail.com

Madame, je pense à vous. Et à toutes celles et ceux qui souffrent, et meurent,  de l’imbécilité des dictatures, politiques et religieuses. De tous les pouvoirs qui ne tiennent qu’à leur pouvoir et leurs certitudes inébranlables.

Loin du pays réel, les media


C’est affligeant d’entendre les commentaires à propos des primaires dans les media! Dès le soir même, et le lendemain matin (Itélé, France Inter!, mon dieu France Inter!..) Avant et après l’exercice d’ailleurs puisque C dans l’air faisait déjà  sa mise en scène avant même le « débat » ! Oui ils voulaient du sang, du spectacle, de l’embrouille; que Royal s’agite par exemple, »fasse la folle » peut-être, et sans doute pour mieux la critiquer ensuite. Alors ils sont déçus, la dame de leur fantasme n’était pas au Rendez-vous. L’Icône tant critiquée a les deux pieds dans la glèbe. Peu leur importe les propositions, claires, précises, concrètes, dont elle était l’auteur, contrairement aux interventions souvent énervées et agitées de Martine Aubry par exemple qui paraît-il selon les mêmes commentateurs, aurait montré une telle force!  Ou bien le « pinaillage » entre deux ministres éventuels: « 2013 ou 2017?, le nucléaire tu en sors quand? etc.. »L’intention n’est-elle pas d’attirer les lumières sur des questions sans fond. Ou alors je le crains c’est leur conception de la politique. Continuer la lecture de Loin du pays réel, les media

Royal 2012 / Un contrat avec la Nation


Royal Montreuil 10 sept. 2011 ©evah5
Royal Montreuil 10 sept. 2011 ©evah5

Montreuil,10 Septembre, beaucoup de monde, mélange, diversité, émotion et détermination. Ségolène Royal avance son Contrat pour la Nation. J’espère.

Contrat avec la Nation

View more documents from segoleneroyal

Tout un programme


Quand je lis le livre de Ségolène Royal  (Lettre à tous les résignés et indignés.. Plon),  j’ai bien envie encore une  fois de lui dire merci. Merci, pas tant pour moi, mais pour nous tous, pour beaucoup de nous en tout cas, pour nous livrer ses visions et ses propositions qui oeuvrent pour notre collectivité. Pas tant pour moi, qui ne suis ni résignée ni indignée; enfin pas trop, mon rapport au monde s’éclairant d’une logique de la causalité et de la responsabilité plutôt que des affects, même si bien sûr le réel du monde est bien souvent insupportable, et c’est plutôt alors la colère qui m’habite.

Cette lettre est vraiment un programme, un contrat social et moral, un pacte : « engagement social-écologique » (25), « responsabilité personnelle liée aux solidarités collectives (13), « socialisme de transformation » (51), parité, séparation des pouvoirs, cercles vertueux (75), « Etat anticipateur » (82), « efficacité de l’action publique », j’en passe.  D’une grande cohérence comme le note M. Mazerolles sur BFM TV dans un édito. assez louangeur! ( voir BFM TV ou Segorama).

Ségolène Royal va vers la vie toujours. Elle n’est jamais aussi belle, aussi simple, aussi vraie  et aussi vivante que lorsque, comme souvent, elle se mélange aux autres, aux gens, aux français, là ou là, banlieues, paysans, ouvriers, écoles..voir l’article du Monde, et sa scéance de dédicace à Noisy-le-Grand . Tout le contraire d’une icône! En grande politique, elle veut que ça marche, elle croit que ça marche, elle va faire que ça marche. Résolument campée contre la pulsion de mort, elle pense que les conditions socio-économiques et politiques sont à même de traiter les symptômes individuels. Tant mieux, elle est à sa bonne place.  Continuer la lecture de Tout un programme

Vérité(s)


Le procureur Cyrus Vance a abandonné les poursuites contre M. Strauss-Kahn considérant que le défaut de crédibilité de la plaignante ne permettait pas de risquer un procès. »Si nous ne ne sommes pas capables de la croire insoupçonnable, nous ne pouvons pas demander à un jury de le faire. » C’est donc uniquement pour cette raison, (on l’espère!) que l’accusé bénéficie d’un non-lieu (ce qui n’est pas d’ailleurs le premier de sa vie). Il n’est en rien innocenté! (On n’ose envisager que le procureur ait pu ou dû se plier aux pressions et contraintes multiples).

Quand on lit le rapport du procureur, on est cependant troublée par un argumentaire qui fait bien peu de cas des états forcément perturbés de la plaignante, pouvant bien sûr, si l’on instruisait autant à décharge qu’à charge, éclairer la confusion des versions diférentes qu’elle donne de ce qui se passe autour  de l’acte, aussi bien que de son arrivée aux USA.On peut aussi y lire :  » La relative brièveté de la rencontre entre l’accusé et la plaignante a d’abord suggéré que l’acte sexuel n’était probablement pas consentant. »

Invention, mensonge, tromperie, duperie, cinéma, on retrouve là toujours les mêmes présupposés lorsque l’on aborde la question du viol (suposé bien sûr). Pas un mot sur les différents mensonges de l’accusé, sur sa vie, ses comportements. Rien. Pas même besoin de dire. Et peut-être même ne surtout pas dire, si l’on en croit ses avocats.

La femme, elle, doit être  insoupçonnable.  (voir  infra  « Le corps meurtri »).  Continuer la lecture de Vérité(s)

La spéculation ou bien plutôt la politique?


« Il faut faire la guerre aux spéculateurs ». Ce n’est pas moi qui le dit mais Christophe Barbier, c’est dire!

« Après avoir sauvé les marchés, les Etats n’ont imposé aucune contrepartie au système bancaire et  financier. » Pas moi non plus mais Jean-Paul Fitoussi (président de l’OFCE Libé samedi 6 dimanche 7 août). Il ajoute: « Aujourd’hui les Etats sont tenus en laisse par les marchés« . Pour l’économiste américain Joseph White « les hommes politiques sont perdants s’ils fondent leurs actions sur ce qu’ils pensent bons pour les marchés » (ibid.)

Alors, si je comprends bien, nos gouvernants devraient se réveiller, s’unir, s’entendre, pour enfin mettre en place les processus de désaliénation du politique face aux marchés, à la finance, à la spéculation financière. Demander des comptes aux banques aussi.

« Il faut bouleverser l’organisation politique en Europe pour pouvoir opposer aux marchés, aux spéculateurs et aux agences de notation un arsenal de mesures politiques. » Une « révolution », voilà ce qu’envisage M. Barbier.

Quand on est simple citoyenne comme je le suis, un peu spectatrice de tout ce déferlement spéculatif trash, on ne peut pas ne pas penser que la spéculation, l’argent pour l’argent, pour quelques-uns, ce système fou qui tourne sur lui-même est en l’état actuel des choses effectivement ce qui nous gouverne (cf. la riche élaboration de Lacan sur le Discours Capitaliste, discours sans perte, discours qui ne fait pas lien social, autiste au fond, pas étonnant qu’il puisse être actionné par des robots. cf.  Conférence de Milan juin 1972, « « […] la crise, non pas du discours du maître, mais du discours capitaliste, qui en est le substitut est ouverte. Continuer la lecture de La spéculation ou bien plutôt la politique?