C’est affligeant d’entendre les commentaires à propos des primaires dans les media! Dès le soir même, et le lendemain matin (Itélé, France Inter!, mon dieu France Inter!..) Avant et après l’exercice d’ailleurs puisque C dans l’air faisait déjà  sa mise en scène avant même le « débat » ! Oui ils voulaient du sang, du spectacle, de l’embrouille; que Royal s’agite par exemple, »fasse la folle » peut-être, et sans doute pour mieux la critiquer ensuite. Alors ils sont déçus, la dame de leur fantasme n’était pas au Rendez-vous. L’Icône tant critiquée a les deux pieds dans la glèbe. Peu leur importe les propositions, claires, précises, concrètes, dont elle était l’auteur, contrairement aux interventions souvent énervées et agitées de Martine Aubry par exemple qui paraît-il selon les mêmes commentateurs, aurait montré une telle force!  Ou bien le « pinaillage » entre deux ministres éventuels: « 2013 ou 2017?, le nucléaire tu en sors quand? etc.. »L’intention n’est-elle pas d’attirer les lumières sur des questions sans fond. Ou alors je le crains c’est leur conception de la politique.

On n’a vraiment pas vu le même débat! Ni entendu les mêmes choses!  Pour certaines « politologues » ou « commentateurs » les scénarios sont écrits, loin du pays réel ! Une vraie course de petits chevaux. Quand certains politiques d’ailleurs jouent le jeu, juste pour faire le buzz, c’est assez révélateur de leur conception de la politique.

Mieux vaut prendre le temps de visionner la rencontre de Royal avec les journalistes du nouvelobs, pleine de tenue et de respect mutuel. C’est si rare! mieux vaut savoir qu’elle bat la campagne, par monts et par vaux, toujours très accueillie. Qu’elle oeuvre pour des propositions concrètes mises en place dès son élection, notamment concernant le système bancaire. Plus de justice sociale, d’éducation, d’écologie, de morale politique, d’indépendance des institutions républicaines et des media, plus de pouvoir au peuple, plus de perspectives d’avenir pour les jeunes.

Cela ne relève pas du spectacle mais de l’Acte.

© evah5